Perspectives de coopération russo-africaine dans le domaine de l'éducation

43
05.12.2023

Une table ronde intitulée «Université du réseau russo-africain pour le développement durable des pays africains» a été organisée dans le cadre du troisième congrès des jeunes scientifiques à Sirius. La formation de personnel qualifié a été et reste un domaine traditionnel pour la SPbPU. Les représentants de l'école polytechnique — Alla Mazina, chef adjoint du département de l'éducation internationale, Maxim Zalyvsky, chef du bureau de projet RAFU, et Issa Togo, professeur associé de l'école supérieure dʼingénierie hydraulique et énergétique — sont récemment rentrés du Mali. Ils y ont organisé avec succès la «Semaine de l'éducation et de la science russes» et partagent aujourdʼhui leur expérience.

Alla Mazina, modératrice de la réunion, a mis lʼaccent sur deux thèmes principaux: le développement durable et la coopération internationale au sein de la RAFU.

«LʼAfrique est un continent unique en termes de pyramide des âges. Contrairement à lʼEurope vieillissante, où la majorité de la population est constituée de retraités, dans les pays africains, ce sont les jeunes qui prédominent», a souligné lʼexperte. «Cʼest pourquoi le nombre dʼuniversités augmente chaque année, de même que le corps professoral. Lʼintérêt pour lʼenseignement supérieur est tout à fait particulier. Et cela ne se fait pas sans la recherche scientifique, sans le soutien des entreprises technologiques…»

Tawanda Tinago, directeur du département de lʼUniversité de technologie de Chinhoyi, République du Zimbabwe, a souligné lʼimportance du capital humain en termes de développement durable. Cʼest pourquoi il est nécessaire de renforcer les capacités et de former de nouveaux professionnels.

«RAFU est la réponse de notre pays aux défis communs, à lʼenvironnement économique et politique en constante évolution. À plusieurs reprises, les dirigeants de notre pays ont déclaré que lʼAfrique deviendrait la locomotive de la main-d'œuvre mondiale dans un avenir proche. Nous sommes conscients quʼil sʼagit dʼun marché croissant et intéressant pour les investissements, et des pays comme la Chine et lʼInde, par exemple, ont depuis longtemps pénétré le continent et y investissent dans des projets», a déclaré Maxim Zalyvsky aux participants de la réunion.

RAFU est également lʼoccasion de nouer des contacts dʼaffaires. De nombreuses grandes entreprises russes ont également besoin de personnel hautement qualifié, et il est possible et nécessaire de le former localement. Cʼest exactement lʼobjectif que poursuit le consortium.

Maxim Zalyvsky a noté que dans les pays africains, l'éducation russe est principalement associée à la médecine. Lors de réunions avec des représentants dʼuniversités et dʼentreprises africaines, les membres du consortium tentent de démystifier ce mythe. La Russie, cʼest aussi les technologies de lʼinformation, lʼingénierie et les spécialités techniques, lʼexploration géologique et lʼagro-industrie.

Issa Togo a parlé du potentiel hydroélectrique de la République du Mali: «Il ne peut y avoir de production et de bien-être de la population sans électricité. La gestion des ressources en eau de la République du Mali en vue de produire de l'électricité pour le secteur agricole et la lutte contre les inondations est une question complexe et globale».

Le professeur Togo a mis en exergue les objectifs de sa solution: la création dʼun modèle numérique et lʼanalyse des ressources en eau et des systèmes énergétiques existants de la République. Avec lʼaide de la recherche conjointe russo-africaine, il est possible d'élaborer clairement un plan de mesures pour atteindre les objectifs fixés, ce qui aura un impact favorable sur les aspects environnementaux, économiques et sociaux du développement du Mali.

«Lʼune des solutions à ces problèmes est lʼouverture de nouveaux instituts. Cet outil nous permettra de former des spécialistes hautement professionnels. La RAFU est déjà engagée avec succès dans cette tâche», — Issa Togo a résumé la discussion.

Les universités du consortium «Russian-African Network University» ne développent pas seulement une coopération éducative avec les pays africains. Elles mettent en œuvre de grands projets dʼinfrastructure avec la participation de partenaires industriels dans divers domaines du développement durable, par exemple dans les domaines de la gestion de la nature et de la protection de lʼenvironnement, des nouveaux systèmes de gestion et de la protection des ressources naturelles, de l'énergie propre et de la préservation du patrimoine culturel.